PATHOLOGIES VESTIBULAIRES

Le syndrome vestibulaire associe le plus souvent une inclinaison de la tête et un nystagmus. La présentation clinique peut-être très impressionnante, mais n'est pas toujours corrélée à la gravité et au pronostic. Le bilan hématologique, biochimique (intégrant la lipémie, la CRP, l'évaluation thyroïdienne et le ionogramme) explorera les causes inflammatoires et métaboliques. Ce bilan précède l'examen d'imagerie en coupe (IRM ou scanner). L'identification de la cause permettra d'adapter la prise en charge thérapeutique. Des antivertigineux et antinauséeux peuvent être employés pour la prise en charge symptomatique des présentations cliniques les plus intenses.

Cas cliniques

1/ Chat Maine Coon de 11 mois

Présenté au scanner pour une otite moyenne/interne évoluant depuis 2 mois

Le scanner montre un polype naso pharyngé, envahissant la trompe d'Eustache et entrainant des lésions importantes de la bulle tympanique gauche. Le ganglion drainant cette zone est lui aussi hypertrophié. Le traitement de cette pathologie est chirurgical et nécessite ensuite une bonne prise en charge de l'otite bactérienne..

2/ Chienne Cocker

Présentée au scanner car elle penche la tête à droite. Nombreux antécédents d'otite.

Le scanner montre un envahissement de la bulle tympanique droite compatible avec un cholestéatome.

Les principales étiologies sont :
Syndrome vestibulaire central

Dès lors que les noyaux vestibulaires sont touchés, le syndrome vestibulaire est central. Les causes peuvent être inflammatoires incluant les méningoencéphalites, le plus souvent dans les petites races (Yorkshire terrier, Bichon, Chihuahua...). Chez le chien âgé, les tumeurs de l'encéphale ou du cervelet. Le métronidazole est la molécule neurotoxique qui peut causer un syndrome vestibulaire central bilatéral (généralement sans inclinaison du port de tête). Un accident vasculaire cérébral (AVC).

Syndrome vestibulaire périphérique

Les causes inflammatoires telles que les otites moyennes et internes, doivent être envisagées à tout âge. Le syndrome vestibulaire aigu idiopathique gériatrique L'hypothyroïdie peut se compliquer par un syndrome vestibulaire périphérique.

La démarche diagnostique et la prise en charge en urgence

Distinguer une atteinte centrale d'une atteinte périphérique L'imagerie en coupe (IRM ou scanner) permet d'évaluer l'architecture des oreilles moyenne et interne, et de rechercher toute lésion dans la boîte crânienne (œdème cérébral, hémorragie, kyste, abcès, tumeur).

Conclusion

Le syndrome vestibulaire est relativement fréquent chez le Chien. Ses causes sont principalement inflammatoires (otite moyenne/interne), métabolique, tumorale voire vasculaire idiopathique. Après avoir déterminé le site de l'atteinte (central ou périphérique), le clinicien réalise le bilan biologique, tensionnel et un examen d'imagerie en coupe du crâne plus ou moins ponction rachidienne, permettant d'identifier l'étiologie et d'adapter la prise en charge. Les antinauséeux et les anti-vertigineux sont utiles dès l’apparition des symptômes.

SOURCE

Pratiquevet (2021) 56 : 364-369 T.BOUZOURAA, DV, Dip. ECVIM-CA (Internai Medicine) Unité de Médecine Interne, Clinique Vétérinaire Armonia, 37 rue Serge Mauroit, 38090 Villefontaine